Billets de la catégorie 'Philosophie'

Une lecon de vie ?

Mercredi 8 juin 2011


Issue de l’ecole Esma…

Pause Pensée ?

Dimanche 5 juillet 2009

 Vous êtes en vacances ? Vous êtes un peu moins overbooké ?

Profiter en pour faire cogiter vos neurones !!


http://www.rue89.com/ (information)

http://www.plusdignelavie.com/ (éthique médicale)


http://www.laviedesidees.fr/ (philosophie)


http://soutenezlescahiers.wordpress.com/ (Ecologie)


http://www.quotidiendurable.com/ (Developpement durable) (et sa très grandes listes de blog à suivre !)


http://www.economiesolidaire.com/ (Developpement durable)

Une phrase de Marianne … ou presque !

Mercredi 18 mars 2009

… pendant un beau cours sur la tuberculose

Ne laissez personne venir à vous et repartir sans être plus heureux.
- Mère Teresa –

La simplicité tranchante …

Dimanche 15 mars 2009

Connaissez vous le rasoir d’Occam ?

Surement, mais pas sous ce nom ! Il s’agit d’une méthode heuristique (L’heuristique est l’art d’inventer !) qui s’énnonce sous le principe suivant : « les entités ne devraient pas être multipliées sans nécessité » (en latin c’est toujours plus stylé !! ça donne ca : « Pluralitas non est ponenda sine neccesitate » ).

En gros, plus une théorie a besoin d’élement pour se vérifier, moins on a de chance d’en élucider ses théormèmes ou loi ! Ou bien encore, il faut preferer l’hypothèse « la plus simple » parmi toutes celles qui sont imaginé. Dis sous un autre vocabulaire plus Shadokiens : « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?! »

Le principe du rasoir d’Occam consiste à ne pas utiliser de nouvelles hypothèses tant que celles déjà énoncées suffisent, à utiliser autant que possible les hypothèses déjà faites, avant d’en introduire de nouvelles, ou, autrement dit, à ne pas apporter aux problèmes une réponse spécifique,  avant d’être (pratiquement) certain que c’est indispensable, sans quoi on risque d’escamoter le problème, et de passer à côté d’un théorème ou d’une loi physique.

Pourquoi le rasoir ?

Le rasoir se réfère au fait de « sabrer » (non, pas des bouteilles !) de la théorie les variables ou concepts superflus qui entrainent toutes sortes de complications. L’expression « rasoir d’Occam » a été employée pour la première fois par Sir William Hamilton en 1852, sur le modèle de « rasoir des nominaux » qui vient de Condillac. Il ne désigne pas le rasoir qui tranche entre deux hypothèses, mais plutôt celui qui rase et coupe les fausses hypothèses en ne laissant que la bonne…

Un excellent site si vous voulez en savoir plus, avec notamment les ploints fort et faible de cette théorie : http://www.charlatans.info/rasoir_occam.shtml


Petite histoire marrante …

Samedi 14 mars 2009

Un exemple de phénomène qui, tout en étant déterminé par l’interaction des composantes du système, ne peut être expliqué que par une approche complexe est le paradoxe mathématique du douzième chameau.

Un jour, un vieil Arabe, sentant l’approche de la mort, divisa sa fortune, dans son testament, entre ses trois fils: l’ainé devait en recevoir la moitié, le second fils le quart et le cadet, le sixième. Or, la fortune était composée de onze chameaux. Les trois fils se trouvaient dans l’embarras car ils ne désiraient pas sacrifier les chameaux afin de recevoir leur part, ils decidèrent de consulter le sage de la région avant de s’entre-tuer. Après maintes réflexions, le sage leur dit : «prenez ce chameau de ma tente et ajoutez-le à votre héritage » Ceci est un cadeau. Si c’est la volonte de Allah, vous me le rendrez plus tôt que vous ne le pensez.» En effet, l’ainé fut satisfait de prendre 11 + 1 divisé par 2, ou six chameaux, le second de prendre trois chameaux et le cadet, deux. Six plus trois plus deux égalent onze, et le douzième chameau put être retourné chez son proprietaire. Le douzième chameau, ou le chameau symbolique, etait inutile et indispensable a la fois, car c’est a travers lui que le pacte social a été réalisé.

Jean Pierre Dupuy (1984)  d’après Bioéthique de G. Cleret

La question qui tue …

Dimanche 8 mars 2009

 Pourquoi a-t-on perdu le plaisir de constater l’impermanence des choses ?